Regards Croisés – Projet Personnel

Décembre 2018.

L’heure du bilan de l’année écoulée, de faire le point et de se projeter en 2019. Des projets ont été menés. L’envie d’en créer d’autres. Evidemment. De créer d’autres souvenirs. Encore. De tester de nouvelles choses. Toujours.
Et puis un appel. Charline : « J’ai bien envie de faire un projet avec toi ! » Génial ! Mais quoi ? Comment ?

Chacune de notre côté, nous avions griffonné une liste d’envies (interminable !) de techniques à travailler. Pour chercher, tester, comprendre, progresser, pousser encore plus loin, prendre conscience, etc. Et la magie a opéré : nous avions quasiment la même liste !
Il nous fallait alors structurer cela.

Janvier 2019.

La nouvelle année, ses voeux. Un nouvel appel avec Charline. Les 10 points de sa liste qui lui tenaient le plus à coeur. Et qui me correspondaient aussi – un autre pas vers notre projet commun -.
De fil en aiguille, on en est venu à parler de notre semaine. Charline a évoqué un de ses rdv de la semaine pour découvrir un nouvel endroit. Ce qui nous a amené à parler des endroits que l’on souhaitait découvrir / photographier.

« Eh ! Mais la voilà l’idée de notre projet ! Et si on photographiait chaque mois un nouveau lieu avec les 10 thèmes de notre liste ? Un lieu qui se correspondrait, chez toi comme chez moi ? »
« Oui, mais on n’habite pas au même endroit, ce serait dommage de te priver de la mer par exemple parce qu’elle n’existe pas chez moi ?! »
« Tu as la Seine ! Ce serait intéressant, au-delà de montrer notre vision d’une même technique, de montrer chacune notre vision d’un même thème de lieu, de mettre en parallèle la vie telle qu’elle est pour toi à Paris et celle telle qu’elle est pour moi à Grasse !? »

Le projet était définitivement lancé :

12 mois, 12 lieux, 10 photos avec des thèmes imposés sur chacun de ces lieux.

Et le premier défi pour moi était de trouver un terrain de basket ! Celui que Charline allait voir était très coloré. J’avais en tête un terrain de basket avec de jolis graffitis. Mais impossible de savoir – dans un premier temps – où je l’avais vu et si je ne l’avais pas imaginé ! Il a fallu un trajet à l’école de mon fils pour me rendre compte que je passais devant chaque jour ! On oublie parfois ce que l’on a sous les yeux quotidiennement !
Me voici donc partie photographier ce lieu avec les 10 thèmes en tête. Et je peux vous dire que je suis sortie de ma zone de confort !

1- L’ouverture à F8

Je suis plutôt du genre adepte de l’ouverture maximale de mon objectif : F1.4. J’aime le flou qui s’en dégage, la mise en valeur de l’élément choisi. L’année dernière, je me suis à nouveau efforcée à fermer davantage, pour obtenir moins de flou, avoir plus de détails sur mes photos. Mais de là à fermer à F8, pas vraiment non ! Sauf peut-être pour certaines situations où je n’avais pas vraiment le choix ou pour tester sur un paysage…Mais cette année, je vais m’amuser avec l’ouverture, jouer avec pour donner plus d’intention dans ce que je fais. Et c’est comme ça que pour ce premier endroit, je savais exactement la photo que je voulais avant même d’arriver. Montrer cet espace tout entier sans omettre un seul détail et l’ouverture F8 me permettrait ce rendu.

2- Le Noir et Blanc

J’adore le NB. Surtout lorsqu’il s’agit de faire passer une émotion un peu plus forte. Mais je me suis rendue compte l’année passée que j’en faisais de moins en moins. Une évolution dans ma façon de photographier et de post-traiter certainement. Je me suis surtout rendue compte que je photographiais exclusivement en couleurs et que c’est au moment du post-traitement que je passais une photo en NB ou pas (en fonction de mes critères tels que l’émotion, le contraste, la géométrie…). Mais ne pourrais-je pas, là encore, créer une photo avec l’intention quelle serait en NB ? Comme je l’ai fait il y a quelques années avec mon argentique et sa pellicule NB ? Je me souviens que je ne photographiais pas du tout de la même façon. Ma manière de regarder était différente. Ma réflexion préalable était différente. « OK je voudrais photographier ça mais est-ce adapté au NB ? Pourquoi ? »
C’est ce que j’ai fait ici, j’ai créé une image en NB avant même de la prendre.

3- Format Portrait

Il faut le dire, je shoote à 90% (voire plus !) au format paysage. La fluidité de la lecture sûrement. Comme lire de gauche à droite. Je ne vais pas dire que je ne crée pas de photo au format portrait. À chaque séance, chaque projet, je m’y efforce. Je teste, voir ce que ça donne, si c’est plus efficace à tel moment, tel endroit… Mais pourquoi ? Encore une fois, quelle est l’intention ?
Je suis partie pour ce premier endroit en me demandant ce que je pourrais raconter avec un tel format. La hauteur de ces graffitis sur ce mur était une évidence. Pour cela, je devais y inclure une part d’environnement, m’en servir comme « témoin » de grandeur. Et puis, le Soleil était de la partie. Alors j’ai poussé la technique plus loin, en fermant complètement mon objectif à F16 pour obtenir ses rayons du Soleil !

4- Dyptique

En reportage, il y a une cohérence, inévitablement. Et il est facile, a posteriori, d’associer 2 ou 3 images pour raconter une histoire. Ça m’est déjà arrivé de procéder comme ça. Mais vous l’aurez compris, avec ce projet, l’idée est de créer en toute conscience, de se poser les questions en amont avec une intention.
Je me suis posée sur ce terrain. J’ai pris le temps d’observer, de chercher pour créer consciemment. Le panier était devant moi, les graffitis en arrière plan. Et notamment celui-ci. C’est devenu une évidence.

5- Le mouvement / la vitesse

C’est un sujet qui m’intrigue depuis longtemps. Je me questionne beaucoup dessus et je teste, souvent dans l’ombre. Avec ce projet, plus question de se cacher ! Mais quelle difficulté pour ce premier endroit ! C’est le thème qui m’a le plus travaillé, qui m’a réellement sortie de ma zone de confort.
Il y aurait eu mille et une choses à faire si des joueurs avaient été présents. Mais l’endroit était désert ! Pas un seul humain, hormis moi !, sur ce terrain.
Alors j’ai cherché, je me suis creusé la tête. Je ne voulais pas de faux-semblant avec ma pomme sur la photo ! Cela aurait été trop facile !
Et puis, j’ai vu les voitures passées à côté (et tous les piétons qui se demandaient ce que je faisais mais ce n’est pas le sujet !!). La vitesse des voitures qui passent. Qui créent – selon la vitesse – des traits, du mouvement. Cela m’a fait penser au paysage qui défile à toute allure, vous voyez ? C’était le moment de créer quelque chose de semblable, à partir de rien !

6- Les mains

Sujet passionnant depuis mes débuts. Une fascination pour cette partie du corps qui en dit long. Mais comme je viens de vous l’écrire, seules mes mains étaient présentes sur ce terrain. Et je dois avouer que l’idée ne me tentait pas vraiment, trop facile là encore. Et puis mes yeux se sont posés là. Une autre interprétation du thème !

7- Faceless

Encore un sujet qui me passionne ! Ne pas montrer les visages. Susciter plutôt que montrer. Laisser une place plus importante à l’imagination, créer davantage d’émotions en permettant une identification plus fluide. Une pratique utilisée depuis mes débuts sans même savoir que cela portait un nom ! Grâce à d’autres photographes et notamment une (coucou Emilie !) qui a tenu un projet Faceless l’an passé, j’ai pu mettre un mot sur cette pratique qui me plaît tant.
Mais là, qu’allais-je bien pouvoir créer de tel ? Ce thème aussi m’a donné du fil à retordre sur ce terrain. Je ne suis pas vraiment satisfaite, mais il faut aussi savoir accepter de créer avec les moyens que l’on a sur le moment. C’est aussi ça le respect !

8- Autoportrait

Un thème travaillé autour d’un projet l’an passé, et heureusement ! Il n’est jamais simple de se photographier en extérieur, sous les regards de passants (ou habitants), du moins pour moi, ça ne l’est absolument pas (je le fuis même !) ! Mais je suis bel et bien là, à ce moment, je fais partie de ce projet, tout comme je fais partie de vos séances. Au-delà de mon regard, je suis physiquement présente. Alors pourquoi ne pas en garder une trace ?
Pour l’instant, c’est fait de manière timide, indirecte, en ombre ou en reflets dans une vitre, mais qui sait ? Peut-être vais-je m’affirmer davantage à force de pratiquer l’exercice ?! En tout cas, l’ombre projetée sur le terrain me faisant des jambes de 2 mètres m’a tellement fait rire que je ne pouvais pas passer à côté !

9- Freelensing 

Une technique découverte il y a 2 ans (merci Caroline !) et pratiquée surtout l’an dernier, notamment avec mon projet Fleur du mois. J’adore créer ce flou volontaire et l’effet obtenu : un flou plus présent et plus doux. Mais il s’agit vraiment d’une technique qui demande de la patience, de la prudence aussi (on dévisse l’objectif de l’appareil quand même !), de la maîtrise. Et jusque là, je ne l’ai pas utilisé en séance. En continuant de pratiquer le freelensing, j’espère oser davantage en séance / reportage, et pourquoi pas sur des éléments en mouvement !

10- By my window

Rooo, encore un thème que j’adore ! Et pourtant, je ne le montre pas, même si l’an passé, j’ai commencé à en faire quelques uns en reportage (« by your window » !). Alors ici, j’avais envie de me servir de la fenêtre de ma voiture pour photographier ce terrain, enfin surtout ces graffitis, comme pour clore ce premier chapitre.

C’était une première expérience enrichissante, j’ai vraiment adoré l’exercice et j’ai plus que hâte de poursuivre ce projet, de voir où il va me mener ! Nous mener !

Regards Croisés

Parce que je suis heureuse de le faire avec Charline, de pouvoir progresser à deux et de vous proposer nos 2 regards, nos 2 interprétations, nos 2 villes, nos regards croisés.
Si vous ne savez pas encore qui est Charline, courez vite découvrir son univers sur son site ou son Instagram et surtout, découvrir son premier mois de Regards Croisés ici 🙂

A très bientôt !

Emilie

COMMENTAIRES

[…] 2019. 2ème mois du projet Regards Croisés avec ma partenaire  Charline. Souvenez-vous […]

[…] savais où je voulais aller, et si vous me suivez depuis le début, vous l’avez deviné aisément : les rues de Grasse, et plus précisément celles du centre […]

[…] voiture qui passe ? Fait le mois dernier. Le paysage qui défile ? Suggérer le premier mois. J’ai donc choisi de suggérer le mouvement à l’aide de promeneurs, accentué par le […]

Article précédent

Dimanche douceur, mon projet 52 sur Instagram – 2017

error: Content is protected !!